À propos

« Paradis perdus – Colonisation des paysages et destruction des éco-anthroposystèmes » est un programme initié par Zahia Rahmani, responsable du domaine de recherche « Histoire de l’art mondialisée » à l’INHA, et Hervé Brunon, directeur de recherche au CNRS / Centre André Chastel.

Ce programme d’une durée de quatre ans, inauguré en 2018, vise à contribuer auprès de la communauté scientifique et au-delà, par l’élaboration de connaissances sur les images, les textes et les transformations de lieux, au mouvement actuel des humanités environnementales qui cherche à dépasser le dualisme entre nature et culture et à repenser l’action humaine sur Terre face aux urgences climatiques et écologiques, aussi bien du point de vue des intentions qui sont à l’origine de ces productions, que de leurs modes de présentation, de réception et de la continuité de leurs effets. Le programme s’inscrit simultanément dans le cadre des études postcoloniales, dans le double sillage de l’histoire mondiale et de l’histoire globale et dans le tournant écologique des sciences humaines et sociales. Il entend participer à la poursuite d’une histoire environnementale de la colonisation, à l’élaboration d’une histoire environnementale de l’art, tout juste émergente, et au développement des études sur le paysage dans toutes ses dimensions, à l’échelle globale.

Le programme “Paradis perdus” se compose d’une série de séminaires faisant appel aux figures intellectuelles et scientifiques majeures relevant des champs de recherche du programme, et d’ateliers internationaux réalisés dans différents pays en collaboration avec des artistes, des chercheurs, des étudiants et des partenaires locaux. Il a pour aboutissement une valorisation de la recherche produite tout au long du programme, notamment une base de données dédiée aux corpus iconographiques et bibliographiques : ceux des naturalistes, des botanistes et des artistes rattachés aux expéditions d’exploration ou de conquêtes coloniales. Une exposition d’envergure internationale accompagnée d’une publication scientifique mettra en valeur une partie des fonds distingués.

L’enjeu de ce carnet et de soutenir une histoire environnementale de la colonisation qui passe exclusivement par des enjeux de représentations. Et cela en raison du profil et de la spécialisation des initiateurs du projet.

Le Carnet Hypothèse a pour objectif de rendre compte du programme de recherche, de ses interactions avec ses nombreux partenaires, (dont des musées français et étrangers, des centres d’archives et des équipes de recherche) de son actualité. Sa dynamique sera notamment soutenue par la qualité et la variété des intervenants de son séminaire et des archives audiovisuelles produites lors des ateliers. Il soutiendra des publications régulières propres aux divers champs relevant du programme.

Par son approche transversale et transdisciplinaire, et aussi par son actualité, le carnet s’adresse à un large public soucieux de questions d’environnement à l’échelle globale saisis dans une durée historique, notamment des chercheurs en histoire de l’art, histoire, anthropologie, biologie, géographie, écologie, architecture, sciences politiques et sociales, économie, et toute personne intéressée par les thèmes de recherche soulevés par le programme.

Colonisation des paysages et destruction des éco-anthroposystèmes