Archives de catégorie : Séminaires

15 janvier 2019 à 18h30 Séminaire de Samir Boumediene – La délocalisation de la vie : L’histoire de l’expansion européenne à travers la relation aux plantes – salle giorgio vasari galerie colbert

Séminaire Colonisation des paysages et destruction des éco-anthroposystèmes

INHA  et le Centre André Chastel


Jaccopo Ligozzi (1547-1627), Agave americana (vers 1577), Cabinet des estampes et des dessins, Musée des offices de Florence. 

“En circulant en Amérique et à travers l’Atlantique, la plante médicinale devenue drogue confère aux marchands, aux médecins, aux savants et aux autorités un pouvoir accru sur les pratiques de soin. Ils se battent pour accréditer les produits qu’ils vendent ou dont ils jugent l’usage vital ; et luttent contre l’emploi des substances rivales ou dangereuses. Le commerce des plantes médicinales contribue non seulement à la standardisation des pratiques mais accentue de façon plus générale l’emprise de l’économie, de l’intérêt et de la valeur marchande sur les rapports au monde.

Cette emprise se marque également dans les paysages, là où sont installées des plantations, là où les arbres à quinquina disparaissent, là où les arbustes à coca sont rasés. Lorsque les manières de parler deviennent des langues générales, lorsque les déplacements de personnes se multiplient, la diffusion des marchandises achève de désarticuler les relations aux lieux. L’usage distant dicte l’usage local, une existence s’impose à une autre, des produits relient des personnes qui s’ignorent. Ce n’est pas une « mondialisation », ce n’est pas une « globalisation » ; c’est une délocalisation de la vie.”


Codex Tudela, codex aztèque du milieu du XVIe siècle, Museo de America,  Madrid. 

Samir Boumediene est un historien dont les travaux  se situent à l’interface de l’histoire des sciences et de l’histoire coloniale. En 2016, il publie La Colonisation du savoir. Une histoire des plantes médicinales du « Nouveau Monde » (1492-1750), aux Editions des Mondes à faire (Vaux-en-Velin). Cet ouvrage revient sur la dimension savante de l’exercice du pouvoir à l’époque moderne et interroge la « connaissance »,  en rendant intelligibles, dans leurs dimensions sociales et culturelles, les rapports entre sciences et savoirs en territoires coloniaux. En prenant les plantes comme indicateurs de rapports de force, l’auteur explore les modalités d’extraction, matérielle et politique, des savoirs autochtones du « Nouveau Monde » sur les plantes et leurs diffusions, scientifiques, commerciales, voire « charitables » en Europe. Ce livre d’une très grande érudition, particulièrement novateur par sa méthodologie, se situe au croisement des études postcoloniales et des humanités environnementales. Il est issu d’une thèse lauréate du Prix du Musée du Quai Branly en 2014. Samir Boumediene est chargé de recherche au CNRS, à l’Institut de recherche des représentations et des idées dans les modernités (IRHIM ), rattaché entre autres à l’Ecole normale supérieure de Lyon – unité trans-séculaire (XVIe-XXIe siècles) et pluridisciplinaire qui propose une approche historicisée des idées et des représentations littéraires, symboliques, artistiques et scientifiques, reposant sur la conviction que l’on ne peut comprendre le monde contemporain dans ses racines et ses structures que par une profonde connaissance du passé dont il est issu.


Entrée libre dans la limite des places disponibles

Séminaire II – Jacques Leenhardt – Hercule Florence (1804-1879) peintre explorateur au Brésil – 4 décembre 2018

Séminaire Colonisation des paysages et destruction des éco-anthroposystèmes

INHA  et le Centre André Chastel


Hercule Florence (1804-1879), Propriété agricole de la Cachoeira. Coupe de la canne à sucre (1848).

Directeur d’études à l’École des hautes études en sciences sociales et critique d’art, il a mené de nombreux travaux sur les arts et la nature. Ses expositions et ses créations de jardins, de Villette-Amazone, Manifeste pour l’environnement au XXIe siècle (Paris, 1996), au projet Le Carré Vert (Bitterfield) à L’Atelier tropical (Paris, 2016), témoignent, tout comme ses livres, d’un long processus de recherche sur le paysage et ses représentations. Spécialiste du Brésil, il a notamment publié le Voyage pittoresque et historique au Brésil ((Jean-Baptiste, du peintre Jean-Baptiste Debret (Actes–Sud 2014), qui a donné lieu en 2016 à diverses expositions. Il travaille actuellement sur Hercule Florence, explorateur, artiste et inventeur qui s’est installé au Brésil à partir de 1820 et y a mené , entre autres, une existence de cultivateur.


Hercule Florence (1804-1879), Vue du Sítio Ibicáva (1830). 
À propos du séminaire

Partant de quelques représentations de la forêt vierge, comme paradis en train d’être perdu, nous suivrons ce destin catastrophique à partir des œuvres du peintre Hercule Florence (1804-1879). Après une longue expédition à travers le Brésil « sauvage », Florence s’établit comme agriculteur. Il dépeint alors la destruction de la forêt comme technique agricole aveugle des cultivateurs brésiliens. A partir de ses images nous analyserons les liens qu’entretiennent au Brésil, propriété du sol, esclavage, destruction de la forêt et production pour le marché mondial des produits agricoles. 


Voir le programme complet du séminaire

Séminaire I – Serge Bahuchet – 2 octobre 2018

INHA, Site Colbert, Auditorium

Serge Bahuchet, Les jardiniers de la nature, Paris, Odile Jacob, 2017. 

Éthnoécologue, spécialiste de l’étude des relations entre les sociétés humaines et les forêts tropicales, il est professeur au Muséum national d’histoire naturelle,  où il a créé le département « Hommes, natures, sociétés ». Grand observateur des pratiques agricoles et culinaires, des techniques de chasse, de pêche ou de domestication des animaux et des plantes, il rend compte par ses travaux de la longue histoire de l’homme dans son rapport avec la nature. Son dernier ouvrage, Les Jardiniers de la nature (Odile Jacob, 2017), retrace sa longue expérience d’éthnoécologue notamment en Afrique centrale, en Guyane mais aussi en Europe. De tout temps l’homme est intervenu sur la nature. Son exposé portera sur les paysages tropicaux

Institut national d’histoire de l’art (INHA) en partenariat avec le Centre André Chastel/CNRS

Intervenant

  • Serge Bahuchet (Muséum national d’histoire naturelle)

À propos du séminaire

L’idée que la nature comme espace essentiel et vital de l’être humain a été contaminée à jamais par un processus irréversible de destruction des écosystèmes fait naître de par le monde la manifestation d’un désenchantement qui dit qu’un équilibre fondamental à l’existence humaine a été rompu. Nombre de travaux relevant des humanités environnementales tentent grâce aux ressources iconographiques et textuelles de faire le récit de cette rupture. En amont il y aurait eu un autre monde à jamais perdu. C’est l’enseignement de ces travaux et les sources auxquelles ils font appel que ce programme souhaite distinguer et mettre en perspective. Ces sources sont pour certaines encore trop méconnues, notamment celles produites par les scientifiques – botanistes, zoologues, géologues, géographes, etc. – et les artistes qui ont accompagné, sans nécessairement les soutenir, les déploiements coloniaux. Pour des raisons politiques et culturelles, ces sources ont été recouvertes.  Le programme « Paradis perdus : colonisation des paysages et destruction des  éco-anthroposystèmes » vise à contribuer auprès de la communauté scientifique et au-delà, par l’élaboration de connaissances sur les images, les textes et les transformations de lieux, au mouvement actuel des humanités environnementales qui cherche à dépasser le dualisme entre nature et culture et à repenser l’action humaine sur Terre face aux urgences climatiques et écologiques, aussi bien du point de vue des intentions qui sont à l’origine de ces productions, que de leurs modes de présentation, de réception et de la continuité de leurs effets.

Les étudiants de Sorbonne Université inscrits en master d’histoire de l’art pourront valider des crédits en suivant ce séminaire.

Voir le programme complet du séminaire

___

Informations pratiques

2 octobre 2018 – 18h30-21H30

La séance se déroulera finalement dans l’auditorium de la galerie Colbert
Institut national d’histoire de l’art
2, rue Vivienne ou 6 rue des Petits Champs
75002 Paris

Entrée libre dans la limite des places disponibles