15 janvier 2019 à 18h30 Séminaire de Samir Boumediene – La délocalisation de la vie : L’histoire de l’expansion européenne à travers la relation aux plantes – salle giorgio vasari galerie colbert

Séminaire Colonisation des paysages et destruction des éco-anthroposystèmes

INHA  et le Centre André Chastel


Jaccopo Ligozzi (1547-1627), Agave americana (vers 1577), Cabinet des estampes et des dessins, Musée des offices de Florence. 

“En circulant en Amérique et à travers l’Atlantique, la plante médicinale devenue drogue confère aux marchands, aux médecins, aux savants et aux autorités un pouvoir accru sur les pratiques de soin. Ils se battent pour accréditer les produits qu’ils vendent ou dont ils jugent l’usage vital ; et luttent contre l’emploi des substances rivales ou dangereuses. Le commerce des plantes médicinales contribue non seulement à la standardisation des pratiques mais accentue de façon plus générale l’emprise de l’économie, de l’intérêt et de la valeur marchande sur les rapports au monde.

Cette emprise se marque également dans les paysages, là où sont installées des plantations, là où les arbres à quinquina disparaissent, là où les arbustes à coca sont rasés. Lorsque les manières de parler deviennent des langues générales, lorsque les déplacements de personnes se multiplient, la diffusion des marchandises achève de désarticuler les relations aux lieux. L’usage distant dicte l’usage local, une existence s’impose à une autre, des produits relient des personnes qui s’ignorent. Ce n’est pas une « mondialisation », ce n’est pas une « globalisation » ; c’est une délocalisation de la vie.”


Codex Tudela, codex aztèque du milieu du XVIe siècle, Museo de America,  Madrid. 

Samir Boumediene est un historien dont les travaux  se situent à l’interface de l’histoire des sciences et de l’histoire coloniale. En 2016, il publie La Colonisation du savoir. Une histoire des plantes médicinales du « Nouveau Monde » (1492-1750), aux Editions des Mondes à faire (Vaux-en-Velin). Cet ouvrage revient sur la dimension savante de l’exercice du pouvoir à l’époque moderne et interroge la « connaissance »,  en rendant intelligibles, dans leurs dimensions sociales et culturelles, les rapports entre sciences et savoirs en territoires coloniaux. En prenant les plantes comme indicateurs de rapports de force, l’auteur explore les modalités d’extraction, matérielle et politique, des savoirs autochtones du « Nouveau Monde » sur les plantes et leurs diffusions, scientifiques, commerciales, voire « charitables » en Europe. Ce livre d’une très grande érudition, particulièrement novateur par sa méthodologie, se situe au croisement des études postcoloniales et des humanités environnementales. Il est issu d’une thèse lauréate du Prix du Musée du Quai Branly en 2014. Samir Boumediene est chargé de recherche au CNRS, à l’Institut de recherche des représentations et des idées dans les modernités (IRHIM ), rattaché entre autres à l’Ecole normale supérieure de Lyon – unité trans-séculaire (XVIe-XXIe siècles) et pluridisciplinaire qui propose une approche historicisée des idées et des représentations littéraires, symboliques, artistiques et scientifiques, reposant sur la conviction que l’on ne peut comprendre le monde contemporain dans ses racines et ses structures que par une profonde connaissance du passé dont il est issu.


Entrée libre dans la limite des places disponibles


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.