Le jardin Ethno-Botanique d’OAXACA

Composition en cactus orgues ( Marginatocereus marginatus ) et bassin. Les cactus orgues étaient traditionnellement utilisés pour faire les clôtures. Jardin ethnobotanique d’Oaxaca.

Le jardin “Etnobotanico” est l’accomplissement du combat mené dans les années 1990 par les activistes de l’association Pro-Oax, groupe mené notamment par l’artiste Francisco Toledo (1940- ), rassemblant des intellectuels et des artistes, pour la défense de la culture, de l’art et de l’environnement naturel de la région d’Oaxaca.

En 1993 l’Etat décide d’utiliser le domaine de 2,3 hectares de l’ancien cloître dominicain de Santo-Domingo situé au centre de la ville d’Oaxaca, dont la communauté fut active aux XVIe et XVIIe siècle, et qui fut occupé à partir du milieu XIXe siècle par une caserne de l’armée, pour la construction d’ un hôtel et d’un centre de congrès.

L’artiste Francisco Toledo organise la résistance, épaulé par des avocats, et co-construit avec l’anthropologue Alejandro de Ávila un contre-projet pour transformer cet espace en un jardin “ethnobotanique”, c’est-à-dire un jardin présentant l’héritage à la fois écologique et culturel de la région d’Oaxaca et de ses peuples autochtones. Le gouvernement donnera son aval au projet en 1994, et crééra un fonds public spécial pour son financement.

Vue générale du Jardin ethnobotanique d’Oaxaca.

Le jardin rassemble des plantes de toutes les régions d’Oaxaca, des zones humides aux zones arides et des forêts tempérées des montagnes aux zones tropicales situées au niveau de la mer. Le parcours créé retrace un itinéraire historique des différents savoirs-faire locaux et des productions qui s’y rattachent.

Francisco Toledo, sculpture aquatique ” La Sangre de Mitla” , réalisée en dalles en cyprès de Montezuma. Jardin ethnobotanique d’Oaxaca.

Les espaces de plantations sont circonscrites par des écrins architecturaux minimalistes (canaux, corridors etc.), dont les lignes élégantes et sèches sertissent ce patrimoine végétal et culturel. Le jardin d’Oaxaca s’inscrit dans cette tradition moderne de l’art paysager de l’Amérique centrale et du sud, où la synthèse des arts majeurs et les plantes exotiques interragissent, tradition notamment inaugurée par Roberto Burle Marx , au Brésil.

Outre le jardin, le site comprend une pépinière, une banque de semences, un herbier et une bibliothèque, dans lesquels les visiteurs peuvent approfondir leur connaissance de l’histoire naturelle, de la biodiversité et de l’ethnobiologie d’Oaxaca.

Bibliographie:

-Alejandro de Avila Blomberg, Cecilia Salcedo, La espina y el fruto : jardin etnobotanico de Oaxaca (The thorn and the fruit: the Ethnobotanical garden of Oaxaca), édition bilingue anglais-espagnol, Mexico: Artes de México, 2006. 

-https://www.gardendesign.com/mexico/oaxaca-ethnobotanical.html

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.