Actualités | Des expositions sur Jean-Jacques Audubon en Grande-Bretagne

Vue de l’exposition “Birds of America” au National Museum of Scotland. Photo © Twitter / Johannes (Jan) Nobel @YorkDioceseDEO

Deux expositions actuellement en cours au Natural History Museum à Londres ainsi qu’au National Museum of Scotland à Édimbourg donnent à voir ce printemps des éditions originales des Birds of America du peintre naturaliste Jean-Jacques / John James Audubon (1785-1851). Une occasion de retracer le parcours de « l’American Woodsman » en Grande-Bretagne.

Jean-Jacques Audubon est un peintre naturaliste américain d’origine nantaise, qui a fondé sa renommée internationale sur la réalisation de son œuvre Birds of America. Hommage du peintre aux beautés de la nature, ce gigantesque recueil de 435 planches illustrées d’oiseaux est un témoignage précieux de l’avancée de l’ornithologie dans le monde occidental, à une période où les sciences naturelles relèvent aussi bien de l’intérêt esthétique que scientifique, et captivent autant la communauté intellectuelle que le milieu populaire. Célébré dès la fin de sa vie par le public et par ses pairs, Audubon bénéficie d’une extraordinaire notoriété outre-Atlantique depuis le milieu du XXe siècle.

A contrario, le nom d’Audubon rayonne peu en Europe. Pourtant, c’est aussi en Grande-Bretagne que s’est écrite l’histoire des Birds. Après plusieurs échecs à Philadelphie pour faire publier son livre, Audubon embarque en avril 1826 pour l’Angleterre et l’Écosse. Pendant ce séjour qui allait durer onze ans, le naturaliste gagne la reconnaissance scientifique et artistique qui lui faisait défaut en Amérique et parvient, à la faveur d’un contexte consumériste et d’un marché croissant pour les sciences, les produits exotiques et les arts graphiques, à éditer son « grand œuvre ».

Jean-Jacques Audubon, colin de Viriginie (colinus virginianus) et buse à épaulette (buteo lineatus), Birds of America, pl. 76, aquatinte et aquarelle, 1827-1838.

En tant que collection d’histoire naturelle, les Birds of America s’insèrent effectivement dans la tradition des images de savoir. Prenant leur source au XVIIe siècle avec les grandes campagnes d’exploration du globe, celles-ci se développent de façon exponentielle à partir du siècle des Lumières et des révolutions industrielles. Dans une volonté de recherche et de diffusion des connaissances, ces nouvelles représentations du monde et articulent l’expérience de la beauté et de l’ailleurs avec les savoirs naturalistes et anthropologiques développés en Occident par les pouvoirs impérialistes.

À son arrivée à Édimbourg, Audubon s’associe avec le graveur et éditeur écossais William Home Lizars pour la mise en gravure et l’impression de ses planches. Dès leur parution, et par l’entremise d’un réseau très actif, Audubon obtient le soutien de l’élite sociale et scientifique locale, qui souscrit au lancement des Birds of America. Par l’intermédiaire du professeur Robert Jameson, le muséum d’histoire naturelle de l’université d’Édimbourg devient la première institution du monde à s’offrir — malgré un prix faramineux — les planches ornithologiques d’Audubon, dans une volonté d’instruction publique et de rayonnement intellectuel. C’est ce rôle de la capitale écossaise dans l’élaboration et la publication des Birds que l’exposition au National Museum of Scotland s’attache à explorer, à travers la présentation des gravures originales coloriées à la main, d’archives manuscrites, de publications anciennes d’histoire naturelle, mais également d’objets scientifiques et de spécimens naturalisés.

Le Natural History Museum conserve quant à lui une édition originale des Birds of America dans chacune de ses collections de South Kensington et de Tring. Les deux exemplaires sont issues des collections Rothschild, auxquels s’ajoute une édition de l’Ornithological Biography, qui accompagne les planches illustrées par des récits d’Audubon sur la nature américaine, ainsi que de ses observations pour chaque spécimen d’oiseau.

Vue d’une planche aquarellée du flamant des Caraïbes (Phoenicopterus ruber) pour les Birds of America par Jean-Jacques Audubon (1827-1838). Photo © Audubon Society.

En parallèle d’une reconnaissance scientifique, Audubon stimule aussi l’intérêt du marché de l’art et des salons européens. Ses oiseaux sont loués autant pour leur grandeur et leur qualité d’exécution que pour leur attitude vivante, pittoresque, en rupture avec les conventions de représentation de la nature. À la fois objet de luxe par leur qualité d’exécution, de goût et de sensibilité, les Oiseaux d’Amérique intègrent également très vite les bibliothèques de riches collectionneurs et des notables amateurs d’art et de géographie. À Liverpool, notamment la famille Rathbone, négociants et armateurs locaux, mais également William Roscoe, figure politique liverpuldienne majeure, comptent parmi les premiers protecteurs d’Audubon et de son œuvre. Leurs collections de peintures à l’huile, d’aquarelles et de dessins originaux d’Audubon sont aujourd’hui exposées de façon permanente à la Victoria Gallery & Museum de l’université de Liverpool, tandis qu’un exemplaire original complet des Oiseaux d’Amérique est visible en continu à la Bibliothèque Centrale de Liverpool.

Le salon de dessin du palais de Temple Newsam, près de Leeds, est également un témoignage emblématique de l’exotisme prêté aux Oiseaux d’Amérique. Sa propriétaire, Isabella Hertford, avait souscrit ou s’était faite offerte en 1827 les premières planches d’Audubon. Mais plutôt que de les conserver en l’état, Lady Hertford a préférer en découper les oiseaux pour les coller sur le papier peint chinois de son salon de réception, the Blue Drawing Room, intégrant ainsi les Oiseaux d’Amérique dans un programme décoratif orientalisant.

Temple Newsham, Leeds, Papier peint du Chinese Drawing Room (détail).

À la croisée des disciplines et des continents, l’œuvre d’Audubon nous incite ainsi à réfléchir aux formes de représentation du savoir sous l’angle de l’histoire de l’art, entre quête romantique d’images originelles et instrument de diffusion du modèle colonial, et à ouvrir le champ de l’illustration scientifique à celui de la peinture occidentale moderne.

Marion Bélouard


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search