Objet #1 – la Cosmographie universelle de Guillaume le Testu

Par Marie Colas des Francs

Folio 5v : “le planisphère ovale aux huit vents”. Cosmographie universelle, selon les navigateurs tant anciens que modernes, Guillaume le Testu, 1555-1556, manuscrit enluminé sur papier, Vincennes, Bibliothèque du service historique de la Défense. Source des images : gallica.bnf.fr

Notre chronologie débute avec le XVIe siècle, siècle des grands voyages d’exploration et du début de l’ouverture des Européens au monde. Ces connexions nouvelles, confrontées à un choc des mentalités, ont donné lieu à un contexte particulier, caractérisé notamment par la remise en question de la toute-puissance de l’Eglise catholique avec les guerres de religion, une diffusion inédite des connaissances et des controverses à l’échelle européenne grâce au développement de l’imprimerie, et bien sûr par une curiosité intarissable quant à ce territoire jusqu’alors resté inconnu des Occidentaux : l’Amérique. La Cosmographie universelle de Guillaume le Testu se veut un objet de son temps, descriptif, scientifique et, comme son nom l’indique, exhaustif ; mais dans ce contexte d’émulation et de fascination constantes, est-il seulement possible d’atteindre cette objectivité tant recherchée des humanistes ? Cette recherche même d’universalité, explicitée par le titre de l’œuvre, est en réalité symptomatique des aspirations de conquêtes politique, religieuse et marchande du monde Occidental, et ce dès l’aube de la colonisation.

Outil de navigation ou objet de curiosité ?

L’ouvrage de Guillaume Le Testu s’inscrit dans un ensemble d’œuvres cartographiques produites de la Haute-Normandie du XVIe siècle, communément regroupées sous le terme d’école de Dieppe. Ces œuvres se distinguent par des emprunts formels aux portulans portugais, par la précision et la recherche d’exhaustivité de leurs données de navigation, et par leur qualité d’exécution. Les choix cartographiques de Le Testu s’inscrivent dans cette « école » normande : les cartes sont centrées autour des mers et non des continents ; les noms des ports y sont tous mentionnés avec une grande minutie, tandis que l’intérieur des terres laisse part belle à l’imaginaire sans recherche aucune de précision topologique ; les lignes des vents, ou rhumbs, sont systématiquement tracées sur toute la surface des cartes ; les neufs climats, issus de l’ancienne géographie grecque, sont également indiqués entre les parallèles de l’Équateur.

Toutes ces indications de navigation ne s’arrêtent pas aux éléments purement cartographiques. Outre les rhumbs striant les planisphères, les vents sont figurés – au sens premier du terme – par des visages aux âges variés et qui répandent de leur souffle tantôt fécondité et floraison, tantôt maladies et tempêtes. Les autres dangers de la mer, souvent plus insondables, sont omniprésents sur les cartes de Le Testu, matérialisés par des montres marins fantastiques, d’autant plus nombreux que les océans qui les abritent sont lointains et inconnus de notre navigateur.

Si ces objets, créés par et pour des navigateurs, étaient de fait avant tout destinés à la navigation, leur préciosité pouvaient également les destiner aux cabinets et bibliothèques des grands hommes d’armes, dirigeants ou humanistes de la Renaissance. Les cartes et atlas manuscrits pouvaient ainsi être portés au rang d’objets de curiosité scientifique. C’était probablement le cas de la Cosmographie universelle, explicitement dédicacée à l’amiral de Coligny qui en avait assuré le mécénat.

Le discours politique et religieux

La dimension éminemment politique du recueil est mise en évidence dès la page de frontispice, aux armes de son dédicataire : l’aigle couronné de l’amiral de Coligny. L’épître dédicatoire qui fait suite confirme l’identité du prestigieux commanditaire, et l’aigle se retrouve ensuite de page en page, tantôt sur les voiles des navires de guerre, tantôt dans des blasons surplombant les cartes. Il n’est pas étonnant que les deux hommes se soient associés pour la production de la Cosmographie : au moment où il acheva l’ouvrage, Le Testu revenait d’une navigation au cours de laquelle il accompagnait l’amiral pour réaliser son grand projet de France Antarctique. L’objectif de Coligny et de ses hommes était la création d’une enclave protestante au Brésil. La mission se solda par un échec, mais les aspirations de conquêtes de l’amiral d’une part et d’Henri II d’autre part ne retombèrent pas.

L’un des obstacles principaux à ces grands desseins était la flotte espagnole, contre laquelle Le Testu et le corsaire Francis Drake s’allièrent ensuite, et avec laquelle ils eurent plusieurs altercations qui finirent par coûter la vie du cosmographe. L’inimitié de Le Testu envers la couronne espagnole est déjà évidente dans sa Cosmographie. Les scènes de batailles navales mettent en scène la flotte de l’amiral de Coligny, toujours reconnaissable à son aigle, contre la flotte espagnole en désavantage certain. Au folio 50 verso, sur la côte orientale de l’Amérique du Sud et la défaite de Databalipa, est figurée une scène plus choquante et plus complexe à interpréter. Des Espagnols sont en train de combattre et de décapiter des Indiens. Le but de cette scène n’est pas de mettre en évidence et encore moins de glorifier les actions des conquistadors ; il faut, au contraire, la lire au regard de la foi protestante de Le Testu qui, selon la pensée calviniste, voyait probablement dans le peuple indien le fruit de la création divine qui, loin d’être épargné par le péché originel, en subissait encore davantage les conséquences du fait de leur impiété. Par ces images il dénoncerait donc les atteintes des Espagnols, et ainsi du catholicisme, envers un peuple en attente de conversion.

Folio 26v. (détail) : affrontement entre un navire aux armes de Coligny et deux navires espagnols au sud du Golfe Persique.

Des territoires entre syncrétisme et fantasme

En 1556, date à laquelle le manuscrit fut achevé, Le Testu n’avait vu de ses propres yeux que le Brésil et son pays de naissance, la France. Son ambitieux projet de Cosmographie universelle lui demandait donc de s’appuyer sur d’autres sources que sa propre expérience. Fort heureusement, les sources sûres ne manquaient pas aux érudits du XVIe siècle ; ainsi Le Testu avait bonne connaissance des écrits d’Hérodote et de Marco Polo, qu’il cite constamment pour décrire le Proche-Orient et l’Asie, sans souci de cohérence chronologique mais dans une recherche de syncrétisme. Au folio 28 verso, des hommes à tête de chien et des monstres sans tête dotés d’un œil au milieu du torse, décrits dans le Livre des Merveilles, sont représentés comme il se doit au-dessus de la mer d’Inde Orientale. La véracité de ces sources n’est à aucun moment remise en question : ces créatures fantastiques participent à la réalité du monde tel qu’il était perçu par les Européens du XVIe siècle. Aux propos de ces auteurs bien connus vient s’ajouter un autre texte canonique et incontournable, la Bible. Sur le folio 24 verso, les Hébreux en fuite et les soldats égyptiens noyés dans la Mer (littéralement) Rouge côtoient un « Grand Caire » dont les tourelles hérissées évoquent très clairement des cités médiévales d’Europe de l’Ouest. Le tout, à nouveau, participe au syncrétisme narratif attendu d’une œuvre qui se veut « universelle ».

D’autres territoires, plus lointains, ne sont pas mentionnés dans les sources connues de l’Occident. Les navigateurs européens du XVIe siècle se doutaient bien de l’existence d’un grand continent situé tout au Sud du Globe, et qu’ils nommaient « Terre Australe » ; mais au temps de Le Testu, aucun auteur n’y avait posé les pieds. L’auteur fait donc preuve d’une grande honnêteté scientifique, et reconnaît que « ce qui en est montré n’est que par imagination et oppinion incertaine » (folio 34). La manière dont Le Testu imagine l’Australie est un condensé de sa propre expérience et de son imaginaire. Les Australiens sont vêtus de plumes, à la manière des Tupinambas du Brésil ; ils sont majoritairement représentés dans une attitude belliqueuse, à la manière de tous les peuples « sauvages », c’est-à-dire non convertis ; et la faune, complètement fantasmée, inclue licornes et autres créatures hybrides recomposées.

Cette vision composée et fantasmée du monde transparaît également dans la représentation des paysages. Alors que l’Europe est dépeinte avec grandes retenue et sobriété, les paysages se limitant aux reliefs et aux cités, les territoires les moins connus semblent crouler sous une nature aux richesses inépuisables : l’Afrique regorge d’animaux et de scènes de chasse, l’Arabie verdoyante fait le bonheur des commerçants, tandis qu’en Amérique les grands arbres côtoient les plantations où déjà des esclaves noirs sont exploités. Une telle représentation du monde est-elle le fruit des rêves de commerçants et de navigateurs, en quête perpétuelle de nouveaux marchés et de sécurité ? De discours politiques des puissances Européennes rivales, en quête de territoires afin d’affirmer une supposée hégémonie ? Ou de l’influence religieuse et de la recherche d’un Eden perdu ? Quoi qu’il en soit, la Cosmographie universelle s’inscrit dans une production d’images qui, dans leur ensemble, constituent un jalon de la connaissance de la Nature et de son appropriation progressive par les Européens.

Folio 54v. : la Neuve Espagne

Pour aller plus loin

Consulter le manuscrit sur Gallica : https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b8447838j

A voir : l’exposition en ligne Histoire de la cartographie de la Bibliothèque nationale de France : http://expositions.bnf.fr/cartes/index.htm

A lire : l’ouvrage de référence sur la Cosmographie universelle de Guillaume le Testu : LESTRINGANT Frank (ed.), Cosmographie universelle selon les navigateurs tant anciens que moderne par Guillaume Le Testu, pillotte en la mer du Ponent, de la ville françoyse de Grace, Paris : Arthaud, 2012.

A écouter : la conférence donnée par Jean-François Dubos, conservateur du patrimoine et chef du département de la bibliothèque du Service Historique de la Défense, à l’Institut national du patrimoine en avril 2018 : https://www.radiofrance.fr/franceculture/le-monde-tel-qu-on-le-voyait-au-xvie-siecle-8840609


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search