De la Floride au duché de Württenberg. Les images de Jacques Le Moyne de Morgues, circulation et interprétations d’une œuvre pré-ethnographique

Premier artiste européen connu à être allé en Amérique, le cartographe et dessinateur Jacques Le Moyne de Morgues (v. 1533-1588) tient une place toute particulière dans l’histoire des images du continent et de ses imaginaires. Il n’est pas pour autant porteur d’un nouveau sujet iconographique que l’on pourrait nommer le « Nouveau monde ». Jacques le Moyne de Morgues fut loin d’être le premier artiste à représenter une partie du monde inconnue des Européens ; mais il est le premier d’entre eux à s’y être effectivement rendu, et à avoir vu de ses propres yeux les territoires éloignés qu’il représentait. C’est ce fait historique qui confère aux images produites par de Morgues une valeur particulière. Membre et rare survivant de la deuxième expédition de René de Laudonnière en Floride en 1564, il y produisit des cartes et des images au contact de la nation autochtone Timucua avant sa fuite pour échapper au massacre des Français par les Espagnols en septembre 1565. A son retour, face à la menace des Guerres de Religions, il se réfugia à Londres où il consacra le reste de sa carrière à la peinture de fleurs et de fruits.

De son périple américain une série de 42 planches gravées fut produite et publiée en 1591, après sa mort, par Théodore de Bry dans le second volume de l’ambitieuse Histoire des Amériques (fig. 1). Au cours du XXe siècle, une miniature sur vélin représentant René de Laudonnière et le roi Athore et aujourd’hui conservée à la bibliothèque publique de New York a été attribuée à Le Moyne par rapprochement avec les gravures publiées par De Bry (fig. 2). Comme l’a démontré Christian Feest, cette attribution ne peut être retenue, le dessin pouvant aisément avoir été d’après les gravures de Théodore de Bry. Les carnations plus que fantaisistes des Timucuas, l’aspect excessivement rigide des personnages et la simplification générale des traits sont les principaux éléments mis en avant par l’auteur pour réfuter cette parenté (Feest, 1988). Les gravures elles-mêmes, tirées des dessins originaux réalisés en Floride, semblent avoir été restituées principalement de mémoire et comportent des éléments peu crédibles (Sturtevant, 1977).

Fig. 1 : Théodore de Bry, Brevis narratio eorum quae in Florida Americae provícia …, Francfort, 1591, planche VIII.
Fig. 2 : René Goulaine de Laudonnière et Américains de Floride, gouache sur vélin, New York Public Library, inv. TL 20.01.DISC09.

Parmi les illustrations de L’Histoire des Amériques attribuées à Jacques Le Moyne de Morgues, l’une fut publiée à part et se distingue par son sujet. Il s’agit du portrait en pied d’une jeune femme écossaise intitulé Virginis Pictae et intégré au premier volume de l’Histoire des Amériques, dédié à la colonisation de la Virginie(fig. 3). Ce portrait est également connu sous la forme d’un dessin sur vélin, conservé au Yale Center for British Art et également attribué à Le Moyne (fig. 4). Sur le dessin comme sur la gravure, le corps de la jeune femme est orné d’iris, d’œillets, et plus généralement d’une flore observable en Angleterre au XVIe siècle dont chaque espèce est parfaitement reconnaissable, témoignant du talent certain de l’artiste pour la peinture de fleurs et de fruits. Certaines études florales de l’artiste (fig. 5) peuvent même être identifiées parmi les tatouages de la jeune Picte… études qui furent par ailleurs imitées par des suiveurs. Finalement, déterminer si le dessin a été copié d’après la gravure ou inversement semble ici assez vain, et l’attribution à Le Moyne ne peut être certifiée ou réfutée avec certitude. Feest en conclue finalement que les copies les plus certaines de l’œuvre de Le Moyne qui nous soient parvenues sont celles de l’Anglais John White (fig. 6), dessinateur ayant participé à une expédition en Virginie et autre contributeur de l’œuvre de De Bry. John White avait en effet observé le travail de Le Moyne à Londres de son vivant.

Fig. 3 : Théodore de Bry, Admiranda narratio, fida tamen, de commodis et incolarum ritibus Virginiae…, Francfort, 1590, n. p.
Fig. 4 : [Jeune fille picte], aquarelle et gouache sur vélin, Yale Center for British Art, Paul Mellon Collection, inv. B1981.25.2646.
Fig. 4 (détail).
Fig. 5 : Jacques Le Moyne de Morgues, Iris, aquarelle et gouache sur papier, v. 1575, Londres, Victoria and Albert Museum, inv. AM.3267D-1856.
Fig. 6 : John White (d’après Jacques Le Moyne de Morgues), Of Florida [chef Timuacan], 1585-1593, Londres, British Museum, inv. 1906,0509.1.22. © The Trustees of the British Museum

La circulation et la réutilisation du vélin ajoute un degré de mystère à notre Virginis Pictae. En 1599, soit quelques années après la parution du premier volume de l’Histoire des Amériques, une parade sur le thème du « Nouveau Monde » fut organisée à la cour de Frederick II de Württemberg dans le cadre du carnaval Stuttgart (Bujok, 2003). Cette parade, intitulée Königin Amerika, fut documentée par une relation publiée en 1602 et par un recueil anonyme de projets de costumes fantaisistes, tirés des gravures publiées dans plusieurs des volumes de Théodore de Bry (fig. 8). Ces illustrations traduisent l’imaginaire d’une Amérique composite, dans laquelle un même personnage peut être paré d’un bouclier Aztèque (Mexique), d’une coiffe Timucua à queue de castor (Floride) ou encore d’une cape de plumes Tupinamba (Brésil). Parmi les sujets bigarrés de Königin Amerika se tient aussi notre Virginis Pictae d’Ecosse, reproduite d’après la gravure avec des ornements floraux simplifiés. Dans l’œuvre de De Bry comme dans le spectacle de Stuttgart, la Virginis Pictae est placée aux côtés des peuples américains par associations d’idées et de territoires : tous ces personnages peuplaient des terres étrangères et éloignées des communautés européennes, autrement dit des « Nouveaux mondes ».

Cet exemple de diffusion et de circulation d’un modèle est emblématique à plusieurs titres. Premièrement, il questionne en profondeur un jalon célèbre de l’histoire de l’art et des images ethnographiques, qui est la production dessinée de Jacques Le Moyne de Morgues. En outre, il illustre parfaitement l’instrumentalisation d’iconographies ayant elles-mêmes subi des remaniements significatifs à des fins de spectacle et d’affirmation politique, sans recherche de véracité historique ou géographique, alors même que s’engageait une colonisation européenne de ces territoires à une échelle démesurée. Plus encore que leurs sujets en eux-mêmes, les réutilisations de ces images nous éclairent sur la construction de l’imaginaire américain en Europe et du rapport qui déjà s’instaurait entre les Vieux et Nouveau continents à l’aube de l’époque coloniale.

Fig. 7 : [Projets de costumes pour la parade des Amériques à Sttutgart pour le Carnaval de 1599], encre, aquarelle et gouache sur papier, 1598-1599, Weimar, Klassik Stiftung, Graphische Sammlung, inv. KK 209.

Bibliographie succincte :

Bujok (Elke), « Der Aufzug der “Königin Amerika” in Stuttgart: das “Mannliche unnd Ritterliche Thurnier unnd Ringrennen” zu Fastnacht 1599 », dans Tribus, n°52, 2003, p. 80-120.

Defert (Daniel), Duchet (Michèle), Forge (Jacques), Lestringant (Frank), L’Amérique de Théodore de Bry : une collection de voyages protestante du XVIe siècle. Quatre études d’iconographie, Paris, 1987.

Feest (Christian F.), « Jacques Le Moyne Minus Four », dans European Review of Native American Studies 2(1), p. 35–40, 1988.

Sloan (Kim), A New World. England’s first view of America, Londres, 2007.

Sturtevant (William C.), “The ethnological evaluation of the Le Moyne-De Bry illustrations”, dans Paul Hulton (dir.), The world of Jacques Le Moyne de Morgues, a Huguenot artist in France, Florida and England, t. I et II, Londres, 1977, p. 69-74.



Citer ce billet
mariecolasdesfrancs (2024, 28 mai). De la Floride au duché de Württenberg. Les images de Jacques Le Moyne de Morgues, circulation et interprétations d’une œuvre pré-ethnographique. Paradis Perdus. Consulté le 15 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/11qh7

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search