Tous les articles par Stéphane Gaessler

Mouvement Mondial pour lES Forêts tropicales

West Kalimantan, Borneo. Ph: David Gilbert/RAN

A propos du WRM

Qu’est-ce que le Mouvement Mondial pour les Forêts Tropicales ?

Le Mouvement Mondial pour les Forêts Tropicales (World Rainforest Movement – WRM) est une initiative internationale qui vise à contribuer aux luttes, aux réflexions et aux actions politiques des peuples autochtones, des paysans et des autres communautés du Sud qui dépendent des forêts. Le WRM fait partie d’un mouvement mondial qui défend la justice sociale et environnementale et le respect des droits humains et collectifs.

Son rôle principal est de soutenir les luttes des peuples autochtones et des communautés paysannes qui vivent dans et avec la forêt et qui défendent les droits collectifs et l’autodétermination sur leurs territoires, leurs vies et leurs cultures.

Le WRM a été créé en 1986 par des militants de différentes régions du monde en réponse à la destruction continuelle des forêts dans les pays du Sud et à la consommation excessive de produits à base de bois tropicaux dans les pays du Nord. Il soutient les populations forestières qui résistent à la spoliation de leurs territoires par différents intérêts économiques et industries extractives (pâte à papier, huile de palme, bois, minéraux, barrages, pétrole, etc.) et qui reçoivent souvent l’appui de grandes ONG de préservation de la nature.

Depuis le début, les alliances informelles du WRM avec des groupes communautaires, des organisations de justice sociale et environnementale et des mouvements sociaux reposent sur la confiance et une analyse politique partagée des causes directes et profondes de la perte des forêts, ainsi qu’un engagement à donner la priorité au renforcement des luttes communautaires dans notre travail commun.

Ce que le WRM a appris

Le Secrétariat du WRM a basé son travail sur ce qu’il a appris des communautés qui vivent de la forêt et avec elle en Afrique, en Asie et en Amérique latine. Le WRM a constaté que les forêts ont les meilleures chances d’être protégées lorsque les droits de ces communautés sont respectés sur le terrain et lorsque les femmes sont associées de manière significative à la prise de décision..

Le WRM envisage les territoires non pas comme des espaces physiques ou terrestres, mais comme la totalité des relations, des règles coutumières, des histoires, des animaux, des plantes, des êtres humains et spirituels et de toutes leurs composantes qui permettent la reproduction de la vie et des cultures.

Pour le WRM, il est important d’insister sur le rôle des femmes dans ces luttes, non seulement en raison des impacts différenciés et généralement plus graves qu’elles subissent du fait de la déforestation et d’autres activités, mais aussi en raison de leur participation cruciale à l’organisation de la résistance collective.

Les principales activités du WRM

Faciliter l’échange des informations et des expériences de résistance

Le WRM a pour rôle important de faciliter l’échange d’informations et d’expériences entre les groupes communautaires dans les différentes régions forestières du Sud où les communautés vivent de la forêt et avec elle. Dans de nombreux endroits, la déforestation et l’accaparement des terres menacent leur mode de vie et leur contrôle communautaire sur le territoire.

De tels échanges peuvent comporter :

— la mise en réseau et la facilitation de la rencontre des personnes actives dans les processus de résistance à différents endroits où des menaces similaires pèsent sur le mode de vie des communautés. Par exemple, le WRM aide à rassembler les membres des communautés confrontées à l’expansion des plantations industrielles de palmiers à huile ou de bois d’œuvre ou à des projets de carbone forestier. Lors de ces réunions ou de ces visites sur le terrain, les participants partagent leurs expériences, élaborent des stratégies et échangent à la fois sur les difficultés et les sources d’inspiration qui font partie de leurs luttes.

— la production de documents proposant une description et une réflexion sur les luttes communautaires dans différentes régions du monde, sous une forme accessible et dans différentes langues, en mettant l’accent sur les informations particulièrement pertinentes pour les organisations communautaires.

Dénoncer les fausses solutions

Un autre volet important du travail du WRM au cours des trente dernières années a été l’analyse critique des initiatives et des politiques internationales présentées comme des solutions à la crise forestière par des institutions internationales lors de conférences mondiales. Parmi les diverses tendances et initiatives politiques qui ont été incapables d’assurer la préservation des forêts et de répondre aux besoins et priorités des populations forestières alors qu’elles prétendaient stopper la diminution de la couverture forestière, on peut citer :

— le Plan d’action forestier tropical dans les années 1980 et sa promotion de l’exploitation forestière industrielle dans les forêts tropicales et de l’expansion des plantations forestières en monoculture ;

— les initiatives de certification volontaire qui, depuis les années 1990, ont entraîné un « greenwashing » à grande échelle de l’exploitation industrielle du bois et de la production d’huile de palme, et se sont avérées incapables de stopper l’expansion des plantations industrielles de bois d’œuvre et de palmiers à huile ou destinées à la production de pâte à papier ;

— les initiatives de l’ONU qui, là aussi depuis les années 1990, ont été incapables d’identifier les causes directes et sous-jacentes de la perte de forêts ;

— les initiatives internationales actuelles encourageant les plantations forestières industrielles et l’accaparement des terres dans le contexte du Processus Rio+20 et de l’Accord de Paris sur le climat, notamment les marchés du carbone, la compensation de la biodiversité et les programmes REDD+.

Toutes ces initiatives ont une caractéristique en commun : elles ont commencé sous la forme de processus descendants négociés lors de réunions internationales où les communautés n’avaient pas de place (significative) à la table des négociations. En outre, elles attribuent à tort la déforestation à l’utilisation des forêts, à la culture itinérante et à l’agriculture paysanne pratiquées par les communautés forestières. Ces processus ont aussi tendance à se contenter de grands discours sur le droit des peuples et des populations dépendant de la forêt à l’autodétermination, dont le droit de prendre des décisions concernant leur territoire, leurs cultures et leurs modes de vie.

Diffusion

Le WRM diffuse ses analyses et ses recherches afin que l’information soit accessible à un large éventail d’organisations locales et de groupes communautaires. Ses outils de diffusion importants sont notamment :

— le site web du WRM

— le Bulletin électronique du WRM

— des brochures et des notes d’information

— des documents d’information destinés au grand public

— des vidéos

— les réseaux sociaux: Twitter et Facebook.

Le site web et le bulletin électronique, ainsi que la plupart des documents produits et diffusés par WRM, sont disponibles en quatre langues : anglais, espagnol, français et portugais En outre, certaines brochures et vidéos présentant un intérêt particulier pour les groupes communautaires locaux sont également disponibles dans les langues parlées dans ces régions, comme le swahili, le lingala, le bahasa et le malgache.

Parmi les outils de diffusion, le Bulletin du WRM a une importance particulière. Il est publié sans interruption depuis 1997 afin de soutenir les luttes des peuples qui défendent leurs territoires et leurs forêts contre les causes directes et profondes de la déforestation. L’un de ses objectifs est d’aider à faire entendre les voix des nombreuses luttes de résistance, ainsi que de fournir des informations sur les initiatives et programmes internationaux concernant les forêts, en mettant en garde contre les risques et les impacts sur la vie des personnes qui en dépendent.

Le bulletin est diffusé par e-mail, est disponible sur le site web du WRM et imprimé dans les cas où cela est nécessaire pour atteindre les communautés ou les organisations ayant peu ou pas d’accès à Internet.

Pour recevoir le bulletin électronique ainsi que pour vous tenir informé des autres documents (vidéos, livres, brochures, rapports) et actions réalisés par WRM, veuillez vous inscrire à notre liste de diffusion ici.

Secrétariat International du WRM

Le Secrétariat du WRM dispose actuellement d’une équipe de sept personnes basées dans différents pays. Son siège est en Uruguay et son coordinateur international est Winfridus Overbeek. L’équipe du secrétariat international reçoit l’apport et les orientations nécessaires du Comité consultatif du WRM, des réunions de stratégie semestrielles avec les alliés du WRM de différents continents et de relations régulières entre l’équipe et des centaines d’organisations communautaires, de mouvements sociaux, d’ONG et d’organisations de peuples autochtones dans différents pays d’Afrique, d’Asie et d’Amérique latine.

Comité consultatif du WRM

— Godwin Ojo – Environmental Rights Action/Amis de la terre Nigeria (Nigeria)

— Hendro Sangkoyo – School of Democratic Economics (Indonésie)

— Larry Lohmann – The Corner House (Royaume-Uni)

— Premrudee Daoroung – Projet SEVANA Asie du Sud-Est (Thaïlande)

— Shalmali Guttal – Focus on the Global South (Thaïlande)

— Silvia Ribeiro – Groupe ETC (Mexique)

— Tom Goldtooth – Indigenous Environmental Network (États-Unis)

— Ivonne Yanez – Acción Ecológica (Équateur)

18 JUIN 2019 séminaire par Marc Jeanson: L’Herbier national, collections naturalistes, entre taxonomie et mondialisation des flores

Docteur en systématique végétale, botaniste et conservateur de l’Herbier du Muséum national d’Histoire naturelle, Marc Jeanson est « un inventeur de plantes ». Il interviendra le 18 juin dans le cadre du séminaire « Paradis Perdus – Colonisation des paysages et destruction des éco-anthroposystèmes” (INHA -Centre André Chastel)

Collections de l’Herbier national du Muséum d’Histoire naturelle.

Après avoir rappelé l’histoire de l’Herbier national, dont les collection se trouvent au Musée national d’histoire naturelle, les contextes scientifiques de sa naissance et de son enrichissement, il s’agira à partir de quelques exemples de montrer que derrières ces collections, se cachent des collecteurs, souvent locaux, pour la plupart oubliés ainsi que des savoirs qui existaient en même temps que les formations végétales auxquelles ils se rattachaient et avec lesquelles ils coexistaient. Marc Jeanson, rappellera par quelques exemple d’utilisations scientifiques contemporaines des herbiers, notamment en lien avec leur valeur de mémoire de la flore mondiale, que ces derniers témoignent d’un passé souvent bien différent du présent.

Marc Jeanson, Photo Jean-François Paga/Grasset

Botaniste et ingénieur agronome, spécialiste des plantes tropicales, Marc Jeanson est responsable depuis 2013 des collections de l’herbier national au Muséum national d’histoire naturelle de Paris après avoir eu en charge l’Herbier de Montpellier. Diplômé de l’Institut national agronomique Paris-Grignon, docteur en systématique végétale du Muséum national d’Histoire naturelle de Paris et du New York Botanical Garden (États-Unis), Marc Jeanson a soutenu une thèse consacrée aux groupes de palmiers d’Asie du Sud-Est. Impliqué dans de nombreux événements en lien avec le jardin, il est conseiller scientifique des Rencontres botaniques de Varengeville-sur-Mer et fut commissaire associé de l’exposition Jardins aux galeries nationales du Grand Palais, à Paris, de mars à juillet 2017. Il a récemment publié avec le jardinier Stéphane Marie L’Herbier de Gherardo Cibo (éd. du Chêne), un chef-d’œuvre botanique du XVIe siècle.

Comité scientifique Hervé Brunon (Centre André Chastel/CNRS), Zahia Rahmani (INHA)

Domaine de recherche Histoire de l’art mondialisée sous la direction de Zahia Rahmani (INHA), en partenariat avec le Centre André Chastel

Institut national d’histoire de l’art Galerie Colbert, salle Giorgio Vasari 18H30 – 20H30 Accès : Institut national d’histoire de l’art Galerie Colbert 2 rue Vivienne ou 6 rue des Petits-Champs, 75002 Paris Métro Ligne 3 : Bourse Lignes 1 et 7 : Palais Royal – Musée du Louvre Lignes 7 et 14 : Pyramides

Pour plus d’information Accueil INHA: 01 47 03 89 00 www.inha.fr Entrée dans la limite des places disponibles

Le jardin Ethno-Botanique d’OAXACA

Composition en cactus orgues ( Marginatocereus marginatus ) et bassin. Les cactus orgues étaient traditionnellement utilisés pour faire les clôtures. Jardin ethnobotanique d’Oaxaca.

Le jardin “Etnobotanico” est l’accomplissement du combat mené dans les années 1990 par les activistes de l’association Pro-Oax, groupe mené notamment par l’artiste Francisco Toledo (1940- ), rassemblant des intellectuels et des artistes, pour la défense de la culture, de l’art et de l’environnement naturel de la région d’Oaxaca.

En 1993 l’Etat décide d’utiliser le domaine de 2,3 hectares de l’ancien cloître dominicain de Santo-Domingo situé au centre de la ville d’Oaxaca, dont la communauté fut active aux XVIe et XVIIe siècle, et qui fut occupé à partir du milieu XIXe siècle par une caserne de l’armée, pour la construction d’ un hôtel et d’un centre de congrès.

L’artiste Francisco Toledo organise la résistance, épaulé par des avocats, et co-construit avec l’anthropologue Alejandro de Ávila un contre-projet pour transformer cet espace en un jardin “ethnobotanique”, c’est-à-dire un jardin présentant l’héritage à la fois écologique et culturel de la région d’Oaxaca et de ses peuples autochtones. Le gouvernement donnera son aval au projet en 1994, et crééra un fonds public spécial pour son financement.

Vue générale du Jardin ethnobotanique d’Oaxaca.

Le jardin rassemble des plantes de toutes les régions d’Oaxaca, des zones humides aux zones arides et des forêts tempérées des montagnes aux zones tropicales situées au niveau de la mer. Le parcours créé retrace un itinéraire historique des différents savoirs-faire locaux et des productions qui s’y rattachent.

Francisco Toledo, sculpture aquatique ” La Sangre de Mitla” , réalisée en dalles en cyprès de Montezuma. Jardin ethnobotanique d’Oaxaca.

Les espaces de plantations sont circonscrites par des écrins architecturaux minimalistes (canaux, corridors etc.), dont les lignes élégantes et sèches sertissent ce patrimoine végétal et culturel. Le jardin d’Oaxaca s’inscrit dans cette tradition moderne de l’art paysager de l’Amérique centrale et du sud, où la synthèse des arts majeurs et les plantes exotiques interragissent, tradition notamment inaugurée par Roberto Burle Marx , au Brésil.

Outre le jardin, le site comprend une pépinière, une banque de semences, un herbier et une bibliothèque, dans lesquels les visiteurs peuvent approfondir leur connaissance de l’histoire naturelle, de la biodiversité et de l’ethnobiologie d’Oaxaca.

Bibliographie:

-Alejandro de Avila Blomberg, Cecilia Salcedo, La espina y el fruto : jardin etnobotanico de Oaxaca (The thorn and the fruit: the Ethnobotanical garden of Oaxaca), édition bilingue anglais-espagnol, Mexico: Artes de México, 2006. 

-https://www.gardendesign.com/mexico/oaxaca-ethnobotanical.html

 

15 janvier 2019 à 18h30 Séminaire de Samir Boumediene – La délocalisation de la vie : L’histoire de l’expansion européenne à travers la relation aux plantes – salle giorgio vasari galerie colbert

Séminaire Colonisation des paysages et destruction des éco-anthroposystèmes

INHA  et le Centre André Chastel


Jaccopo Ligozzi (1547-1627), Agave americana (vers 1577), Cabinet des estampes et des dessins, Musée des offices de Florence. 

“En circulant en Amérique et à travers l’Atlantique, la plante médicinale devenue drogue confère aux marchands, aux médecins, aux savants et aux autorités un pouvoir accru sur les pratiques de soin. Ils se battent pour accréditer les produits qu’ils vendent ou dont ils jugent l’usage vital ; et luttent contre l’emploi des substances rivales ou dangereuses. Le commerce des plantes médicinales contribue non seulement à la standardisation des pratiques mais accentue de façon plus générale l’emprise de l’économie, de l’intérêt et de la valeur marchande sur les rapports au monde.

Cette emprise se marque également dans les paysages, là où sont installées des plantations, là où les arbres à quinquina disparaissent, là où les arbustes à coca sont rasés. Lorsque les manières de parler deviennent des langues générales, lorsque les déplacements de personnes se multiplient, la diffusion des marchandises achève de désarticuler les relations aux lieux. L’usage distant dicte l’usage local, une existence s’impose à une autre, des produits relient des personnes qui s’ignorent. Ce n’est pas une « mondialisation », ce n’est pas une « globalisation » ; c’est une délocalisation de la vie.”


Codex Tudela, codex aztèque du milieu du XVIe siècle, Museo de America,  Madrid. 

Samir Boumediene est un historien dont les travaux  se situent à l’interface de l’histoire des sciences et de l’histoire coloniale. En 2016, il publie La Colonisation du savoir. Une histoire des plantes médicinales du « Nouveau Monde » (1492-1750), aux Editions des Mondes à faire (Vaux-en-Velin). Cet ouvrage revient sur la dimension savante de l’exercice du pouvoir à l’époque moderne et interroge la « connaissance »,  en rendant intelligibles, dans leurs dimensions sociales et culturelles, les rapports entre sciences et savoirs en territoires coloniaux. En prenant les plantes comme indicateurs de rapports de force, l’auteur explore les modalités d’extraction, matérielle et politique, des savoirs autochtones du « Nouveau Monde » sur les plantes et leurs diffusions, scientifiques, commerciales, voire « charitables » en Europe. Ce livre d’une très grande érudition, particulièrement novateur par sa méthodologie, se situe au croisement des études postcoloniales et des humanités environnementales. Il est issu d’une thèse lauréate du Prix du Musée du Quai Branly en 2014. Samir Boumediene est chargé de recherche au CNRS, à l’Institut de recherche des représentations et des idées dans les modernités (IRHIM ), rattaché entre autres à l’Ecole normale supérieure de Lyon – unité trans-séculaire (XVIe-XXIe siècles) et pluridisciplinaire qui propose une approche historicisée des idées et des représentations littéraires, symboliques, artistiques et scientifiques, reposant sur la conviction que l’on ne peut comprendre le monde contemporain dans ses racines et ses structures que par une profonde connaissance du passé dont il est issu.


Entrée libre dans la limite des places disponibles

Roberto Burle Marx: La redécouverte de la biodiversité brésilienne par l’art des jardins.

Roberto Burle Marx (1909-1994)

Nous vous proposons la lecture de cet article de Vera
Beatriz Siqueira, 
paru en 2017, qui  s’attache à comprendre comment le paysagiste Roberto Burle Marx fonde la modernité de ses jardins,  les composant à partir du riche répertoire de la faune et de la flore amazonienne.  L’analyse des particularités de ses procédés formels comme, par exemple, le recours à des éléments architecturaux récupérés sur des chantiers de démolition et utilisés pour la composition de ses jardins, mise en rapport avec sa pratique de collectionneur d’art et de plantes, nous invite à élaborer de nouveaux outils critiques afin d’aborder à nouveaux frais son œuvre de paysagiste :

 https://journals.openedition.org/bresils/2399

Jardins Burle Marx, Barra de Guaratiba (Rio de Janeiro). 

Regard anthropologique sur des destructions sociales et environnementales: un livre retrace l’histoire des exploitations forestières de la compagnie Forestal en Argentine.

A lire en ligne à ce lien PDF: 
https://www.santafe.gov.ar/plandelnorte/uploads/biblioteca/el-norte-forestal-18×22-final-baja.pdf 

 Sorti le 1er  novembre, l’ouvrage  El Norte Forestal. Estudio sobre el territorio santafesino ( Consejo Federal de Inversiones, 2018) offre un regard anthropologique sur les effets socio-économiques de l’impact écologique d’une des compagnies minières les plus importante de l’Argentine, la compagnie anglaise Forestal, qui a  cessé ses activités en Argentine, dans les années 1960. Le livre offre donc un regard rétrospectif sur les expériences vécues par des agents ou témoins distincts (ouvriers, paysans contractuels, techniciens, etc.) de l’extraction minière au nord du pays, entre luttes sociales violentes et destruction brutale de l’environnement (environ 90 pourcents des forêts du Nord de l’Argentine ont été coupées par la Forestal). Le livre retrace aussi la longue histoire des transformations des représentations de la Nature dans ces territoire, qui vont osciller entre espace exploitable et lieu de vie à préserver,  selon les acteurs et selon les époques. 

L’histoire des luttes sociales et de la dévastation socio-environnementale causée par La Forestal, a aussi été le sujet du film Quebracho (1974) de Ricardo Wüllicher. 

Vous pouvez lire l’ouvrage en ligne à ce lien PDF: https://www.santafe.gov.ar/plandelnorte/uploads/biblioteca/el-norte-forestal-18×22-final-baja.pdf 

Le lien de l’article consacré à la sortie de l’ouvrage: http://redaf.org.ar/pueblos-forestales-y-extractivismo/

Séminaire II – Jacques Leenhardt – Hercule Florence (1804-1879) peintre explorateur au Brésil – 4 décembre 2018

Séminaire Colonisation des paysages et destruction des éco-anthroposystèmes

INHA  et le Centre André Chastel


Hercule Florence (1804-1879), Propriété agricole de la Cachoeira. Coupe de la canne à sucre (1848).

Directeur d’études à l’École des hautes études en sciences sociales et critique d’art, il a mené de nombreux travaux sur les arts et la nature. Ses expositions et ses créations de jardins, de Villette-Amazone, Manifeste pour l’environnement au XXIe siècle (Paris, 1996), au projet Le Carré Vert (Bitterfield) à L’Atelier tropical (Paris, 2016), témoignent, tout comme ses livres, d’un long processus de recherche sur le paysage et ses représentations. Spécialiste du Brésil, il a notamment publié le Voyage pittoresque et historique au Brésil ((Jean-Baptiste, du peintre Jean-Baptiste Debret (Actes–Sud 2014), qui a donné lieu en 2016 à diverses expositions. Il travaille actuellement sur Hercule Florence, explorateur, artiste et inventeur qui s’est installé au Brésil à partir de 1820 et y a mené , entre autres, une existence de cultivateur.


Hercule Florence (1804-1879), Vue du Sítio Ibicáva (1830). 
À propos du séminaire

Partant de quelques représentations de la forêt vierge, comme paradis en train d’être perdu, nous suivrons ce destin catastrophique à partir des œuvres du peintre Hercule Florence (1804-1879). Après une longue expédition à travers le Brésil « sauvage », Florence s’établit comme agriculteur. Il dépeint alors la destruction de la forêt comme technique agricole aveugle des cultivateurs brésiliens. A partir de ses images nous analyserons les liens qu’entretiennent au Brésil, propriété du sol, esclavage, destruction de la forêt et production pour le marché mondial des produits agricoles. 


Voir le programme complet du séminaire

Fragments d’une incursion dans l’isthme de Tehuantepec


Ouverture d’une réunion entre des groupes de jeunes des trois lieux d’action de la prepa.

Lisez cet article sur le site de la revue Lundimatin au lien suivant: 

https://lundi.am/Fragments-d-une-incursion-dans-l-Isthme-de-Tehuantepec-1093 

« Cette région du Mexique, la plus étroite du pays, offre un concentré des tensions qui l’agitent. Riche d’une énorme diversité naturelle, l’endroit n’a pas cessé d’être saccagé pour ses ressources en bois, en eau, en minerais, en pétrole ou en énergie. » 
Un lecteur de lundimatin  a envoyé ce récit à la rédaction de la revue. Il raconte son récent périple dans l’Isthme de Tehuantepec, région du Mexique touchée le 7 septembre dernier par un tremblement de terre.

paru dans lundimatin#125, le 4 décembre 2017 

Forêt de Benslimane. Soutenez le poumon vert du Maroc menacé de destruction!

Nous faisons cet appel à soutien dans une situation d’urgence. L’une des plus grandes réserves forestières du Maroc, la forêt de Benslimane,  est aujourd’hui menacée de destruction par l’expansion d’une carrière de concassage de pierres. Nous avons pu constater nous-même sur place quelles atteintes produisent sur l’ensemble de l’environnement ces carrières !

Signez la pétition en allant sur ce lien : 
http://chng.it/nKB97tmZ

La forêt de Benslimane est le poumon vert du Maroc avec quelques 25% de la superficie boisée du territoire. À l’heure des urgences climatiques et de la protection de l’environnement, après la mobilisation générale du Maroc et de ses engagements pour la COP 22, protéger l’environnement, la santé publique, le cadre de vie des populations et la préservation des ressources naturelles et paysagères dans le cadre d’une harmonie du développement et de sa durabilité est autant un devoir qu’une priorité.

À Benslimane, le douar Beni Aïssi jouit d’un cadre environnemental rare et précieux entre petites exploitations agricoles, collines, cours d’eau et forêt. La biodiversité de la faune et la flore s’y épanouissent dans un équilibre harmonieux, préservé par ses habitants, qui y sont nés, y vivent et y travaillent depuis de nombreuses générations. Il y a quelques années, l’exploitation des carrières est venue bouleverser la qualité de vie des occupants du douar. Leurs maisons se sont fissurées sous l’effet des dynamitages constants, adultes et enfants ont commencé à développer des maladies respiratoires chroniques et des allergies. La symbiose entre l’homme et la nature a été considérablement ébranlée.

Aujourd’hui, c’est une colline entière qui est menacée par un nouveau projet de carrière, mais aussi les jardins agro-écologiques et l’éco-tourisme du douar qui fédèrent ses habitants autour d’un véritable projet de vie et de développement durable.

Si nous ne parvenons pas à arrêter ce projet, c’est bientôt toute une région qui deviendra une mine de nuisances et de désolation à ciel ouvert ; des centaines d’hectares de forêt et de végétation qui disparaîtront ; des ressources hydrauliques précieuses qui seront en péril ; et par-dessus, tout la santé des riverains qui sera en danger.

Séminaire I – Serge Bahuchet – 2 octobre 2018

INHA, Site Colbert, Auditorium

Serge Bahuchet, Les jardiniers de la nature, Paris, Odile Jacob, 2017. 

Éthnoécologue, spécialiste de l’étude des relations entre les sociétés humaines et les forêts tropicales, il est professeur au Muséum national d’histoire naturelle,  où il a créé le département « Hommes, natures, sociétés ». Grand observateur des pratiques agricoles et culinaires, des techniques de chasse, de pêche ou de domestication des animaux et des plantes, il rend compte par ses travaux de la longue histoire de l’homme dans son rapport avec la nature. Son dernier ouvrage, Les Jardiniers de la nature (Odile Jacob, 2017), retrace sa longue expérience d’éthnoécologue notamment en Afrique centrale, en Guyane mais aussi en Europe. De tout temps l’homme est intervenu sur la nature. Son exposé portera sur les paysages tropicaux

Institut national d’histoire de l’art (INHA) en partenariat avec le Centre André Chastel/CNRS

Intervenant

  • Serge Bahuchet (Muséum national d’histoire naturelle)

À propos du séminaire

L’idée que la nature comme espace essentiel et vital de l’être humain a été contaminée à jamais par un processus irréversible de destruction des écosystèmes fait naître de par le monde la manifestation d’un désenchantement qui dit qu’un équilibre fondamental à l’existence humaine a été rompu. Nombre de travaux relevant des humanités environnementales tentent grâce aux ressources iconographiques et textuelles de faire le récit de cette rupture. En amont il y aurait eu un autre monde à jamais perdu. C’est l’enseignement de ces travaux et les sources auxquelles ils font appel que ce programme souhaite distinguer et mettre en perspective. Ces sources sont pour certaines encore trop méconnues, notamment celles produites par les scientifiques – botanistes, zoologues, géologues, géographes, etc. – et les artistes qui ont accompagné, sans nécessairement les soutenir, les déploiements coloniaux. Pour des raisons politiques et culturelles, ces sources ont été recouvertes.  Le programme « Paradis perdus : colonisation des paysages et destruction des  éco-anthroposystèmes » vise à contribuer auprès de la communauté scientifique et au-delà, par l’élaboration de connaissances sur les images, les textes et les transformations de lieux, au mouvement actuel des humanités environnementales qui cherche à dépasser le dualisme entre nature et culture et à repenser l’action humaine sur Terre face aux urgences climatiques et écologiques, aussi bien du point de vue des intentions qui sont à l’origine de ces productions, que de leurs modes de présentation, de réception et de la continuité de leurs effets.

Les étudiants de Sorbonne Université inscrits en master d’histoire de l’art pourront valider des crédits en suivant ce séminaire.

Voir le programme complet du séminaire

___

Informations pratiques

2 octobre 2018 – 18h30-21H30

La séance se déroulera finalement dans l’auditorium de la galerie Colbert
Institut national d’histoire de l’art
2, rue Vivienne ou 6 rue des Petits Champs
75002 Paris

Entrée libre dans la limite des places disponibles

ATELIER 1 – Hassan Darsi : “KARIATI HAYATI” SITE DE BENSLIMANE – MAROC

Un projet d’Hassan Darsi et de la Source du Lion
Du mercredi 11 au samedi 13 octobre 2018

Un programme de l’Institut national d’histoire de l’art et du Centre André Chastel/CNRS

Vue au loin de la Forêt de Benslimane

Présentation
KARIATI HAYATI (Mon village ma vie) est le titre du projet sur lequel travaille actuellement l’artiste marocain Hassan Darsi. Ce projet
est intimement lié à un site, le village Beni Aïssi situé au coeur de la forêt de Benslimane, et à une situation. Il est essentiel dans un
premier temps de planter le décor du projet tant l’histoire de ce village et l’implication d’artiste dans ce site sont interdépendants.
La forêt de Benslimane est le poumon vert du Maroc avec quelques 25% de la superficie boisée du territoire. A l’heure des urgences
climatiques et de la protection de l’environnement, et après la mobilisation générale du Royaume et de ses engagements pour la COP
22, protéger l’environnement, la santé publique, le cadre de vie des populations et la préservation des ressources naturelles et
paysagères est autant un devoir qu’une priorité. Le douar Beni Aïssi jouit d’un cadre environnemental rare et précieux entre petites
exploitations agricoles, collines, cours d’eau et forêt. La biodiversité de la faune et la flore s’y épanouissent dans un équilibre
harmonieux, préservé par ses habitants, qui y sont nés, y vivent et y travaillent depuis de nombreuses générations.

Vue partielle du village dit « Sarhaoui »

Il y a quelques années, l’exploitation des carrières est venue bouleverser la qualité de vie du douar et la symbiose entre l’homme et la
nature a été considérablement ébranlée. Aujourd’hui, c’est une colline entière, sa forêt, sa faune, sa flore et les riverains qui y vivent et
travaillent qui sont menacés par un nouveau projet de carrière et le vampirisme politico-financier de multinationales qui lorgnent les
terres agricoles pour nourrir leurs cimenteries. Face à de tels projets, les habitants sont désemparés, seuls et souvent mal organisés ; ils
subissent la peur réelle et imaginaire des autorités. Les plus jeunes n’ont souvent comme alternative que de travailler dans ces mêmes
carrières qui détruisent leur lieu de vie et dévalorisent leur patrimoine.

Visite d’un territoire en permaculture

Hassan Darsi habite dans ce village depuis cinq années et il est à la fois témoin et concerné par ce qui s’y joue. En vis-à-vis à ce projet
de carrière il a proposé aux habitants de s’unir autour d’un autre : la création d’un village agro-écologique qui les fédère autour d’un
véritable projet de vie. Ce projet est en cours de mise en oeuvre et l’artiste l’accompagne comme témoin qui archive cette aventure par
une production filmique, et comme artiste qui active des projets artistiques, culturels, et écologiques pour contribuer à cette
construction sociale.

Inscription / Participation
Le nombre de participants à cet atelier est limité.
Les frais de participation à cet atelier sont de 50 euros à l’ordre de : La Source du Lion.
Ils couvrent la participation aux activités de l’atelier, les frais de transport Casablanca/Benslimane ainsi que les déplacements sur place
et l’hébergement et les repas. Ils ne comprennent pas le transport jusqu’à Casablanca.
La demande d’inscription à l’atelier doit s’effectuer à l’adresse suivante : atelier.paradisperdus@inha.fr