Séminaire I – Serge Bahuchet – 2 octobre 2018

INHA, Site Colbert, Auditorium

Serge Bahuchet, Les jardiniers de la nature, Paris, Odile Jacob, 2017. 

Éthnoécologue, spécialiste de l’étude des relations entre les sociétés humaines et les forêts tropicales, il est professeur au Muséum national d’histoire naturelle,  où il a créé le département « Hommes, natures, sociétés ». Grand observateur des pratiques agricoles et culinaires, des techniques de chasse, de pêche ou de domestication des animaux et des plantes, il rend compte par ses travaux de la longue histoire de l’homme dans son rapport avec la nature. Son dernier ouvrage, Les Jardiniers de la nature (Odile Jacob, 2017), retrace sa longue expérience d’éthnoécologue notamment en Afrique centrale, en Guyane mais aussi en Europe. De tout temps l’homme est intervenu sur la nature. Son exposé portera sur les paysages tropicaux

Institut national d’histoire de l’art (INHA) en partenariat avec le Centre André Chastel/CNRS

Intervenant

  • Serge Bahuchet (Muséum national d’histoire naturelle)

À propos du séminaire

L’idée que la nature comme espace essentiel et vital de l’être humain a été contaminée à jamais par un processus irréversible de destruction des écosystèmes fait naître de par le monde la manifestation d’un désenchantement qui dit qu’un équilibre fondamental à l’existence humaine a été rompu. Nombre de travaux relevant des humanités environnementales tentent grâce aux ressources iconographiques et textuelles de faire le récit de cette rupture. En amont il y aurait eu un autre monde à jamais perdu. C’est l’enseignement de ces travaux et les sources auxquelles ils font appel que ce programme souhaite distinguer et mettre en perspective. Ces sources sont pour certaines encore trop méconnues, notamment celles produites par les scientifiques – botanistes, zoologues, géologues, géographes, etc. – et les artistes qui ont accompagné, sans nécessairement les soutenir, les déploiements coloniaux. Pour des raisons politiques et culturelles, ces sources ont été recouvertes.  Le programme « Paradis perdus : colonisation des paysages et destruction des  éco-anthroposystèmes » vise à contribuer auprès de la communauté scientifique et au-delà, par l’élaboration de connaissances sur les images, les textes et les transformations de lieux, au mouvement actuel des humanités environnementales qui cherche à dépasser le dualisme entre nature et culture et à repenser l’action humaine sur Terre face aux urgences climatiques et écologiques, aussi bien du point de vue des intentions qui sont à l’origine de ces productions, que de leurs modes de présentation, de réception et de la continuité de leurs effets.

Les étudiants de Sorbonne Université inscrits en master d’histoire de l’art pourront valider des crédits en suivant ce séminaire.

Voir le programme complet du séminaire

___

Informations pratiques

2 octobre 2018 – 18h30-21H30

La séance se déroulera finalement dans l’auditorium de la galerie Colbert
Institut national d’histoire de l’art
2, rue Vivienne ou 6 rue des Petits Champs
75002 Paris

Entrée libre dans la limite des places disponibles

ATELIER 1 – Hassan Darsi : “KARIATI HAYATI” SITE DE BENSLIMANE – MAROC

Un projet d’Hassan Darsi et de la Source du Lion
Du mercredi 11 au samedi 13 octobre 2018

Un programme de l’Institut national d’histoire de l’art et du Centre André Chastel/CNRS

Vue au loin de la Forêt de Benslimane

Présentation
KARIATI HAYATI (Mon village ma vie) est le titre du projet sur lequel travaille actuellement l’artiste marocain Hassan Darsi. Ce projet
est intimement lié à un site, le village Beni Aïssi situé au coeur de la forêt de Benslimane, et à une situation. Il est essentiel dans un
premier temps de planter le décor du projet tant l’histoire de ce village et l’implication d’artiste dans ce site sont interdépendants.
La forêt de Benslimane est le poumon vert du Maroc avec quelques 25% de la superficie boisée du territoire. A l’heure des urgences
climatiques et de la protection de l’environnement, et après la mobilisation générale du Royaume et de ses engagements pour la COP
22, protéger l’environnement, la santé publique, le cadre de vie des populations et la préservation des ressources naturelles et
paysagères est autant un devoir qu’une priorité. Le douar Beni Aïssi jouit d’un cadre environnemental rare et précieux entre petites
exploitations agricoles, collines, cours d’eau et forêt. La biodiversité de la faune et la flore s’y épanouissent dans un équilibre
harmonieux, préservé par ses habitants, qui y sont nés, y vivent et y travaillent depuis de nombreuses générations.

Vue partielle du village dit « Sarhaoui »

Il y a quelques années, l’exploitation des carrières est venue bouleverser la qualité de vie du douar et la symbiose entre l’homme et la
nature a été considérablement ébranlée. Aujourd’hui, c’est une colline entière, sa forêt, sa faune, sa flore et les riverains qui y vivent et
travaillent qui sont menacés par un nouveau projet de carrière et le vampirisme politico-financier de multinationales qui lorgnent les
terres agricoles pour nourrir leurs cimenteries. Face à de tels projets, les habitants sont désemparés, seuls et souvent mal organisés ; ils
subissent la peur réelle et imaginaire des autorités. Les plus jeunes n’ont souvent comme alternative que de travailler dans ces mêmes
carrières qui détruisent leur lieu de vie et dévalorisent leur patrimoine.

Visite d’un territoire en permaculture

Hassan Darsi habite dans ce village depuis cinq années et il est à la fois témoin et concerné par ce qui s’y joue. En vis-à-vis à ce projet
de carrière il a proposé aux habitants de s’unir autour d’un autre : la création d’un village agro-écologique qui les fédère autour d’un
véritable projet de vie. Ce projet est en cours de mise en oeuvre et l’artiste l’accompagne comme témoin qui archive cette aventure par
une production filmique, et comme artiste qui active des projets artistiques, culturels, et écologiques pour contribuer à cette
construction sociale.

Inscription / Participation
Le nombre de participants à cet atelier est limité.
Les frais de participation à cet atelier sont de 50 euros à l’ordre de : La Source du Lion.
Ils couvrent la participation aux activités de l’atelier, les frais de transport Casablanca/Benslimane ainsi que les déplacements sur place
et l’hébergement et les repas. Ils ne comprennent pas le transport jusqu’à Casablanca.
La demande d’inscription à l’atelier doit s’effectuer à l’adresse suivante : atelier.paradisperdus@inha.fr