Roberto Burle Marx: La redécouverte de la biodiversité brésilienne par l’art des jardins.

Roberto Burle Marx (1909-1994)

Nous vous proposons la lecture de cet article de Vera
Beatriz Siqueira, 
paru en 2017, qui  s’attache à comprendre comment le paysagiste Roberto Burle Marx fonde la modernité de ses jardins,  les composant à partir du riche répertoire de la faune et de la flore amazonienne.  L’analyse des particularités de ses procédés formels comme, par exemple, le recours à des éléments architecturaux récupérés sur des chantiers de démolition et utilisés pour la composition de ses jardins, mise en rapport avec sa pratique de collectionneur d’art et de plantes, nous invite à élaborer de nouveaux outils critiques afin d’aborder à nouveaux frais son œuvre de paysagiste :

 https://journals.openedition.org/bresils/2399

Jardins Burle Marx, Barra de Guaratiba (Rio de Janeiro). 

Regard anthropologique sur des destructions sociales et environnementales: un livre retrace l’histoire des exploitations forestières de la compagnie Forestal en Argentine.

A lire en ligne à ce lien PDF: 
https://www.santafe.gov.ar/plandelnorte/uploads/biblioteca/el-norte-forestal-18×22-final-baja.pdf 

 Sorti le 1er  novembre, l’ouvrage  El Norte Forestal. Estudio sobre el territorio santafesino ( Consejo Federal de Inversiones, 2018) offre un regard anthropologique sur les effets socio-économiques de l’impact écologique d’une des compagnies minières les plus importante de l’Argentine, la compagnie anglaise Forestal, qui a  cessé ses activités en Argentine, dans les années 1960. Le livre offre donc un regard rétrospectif sur les expériences vécues par des agents ou témoins distincts (ouvriers, paysans contractuels, techniciens, etc.) de l’extraction minière au nord du pays, entre luttes sociales violentes et destruction brutale de l’environnement (environ 90 pourcents des forêts du Nord de l’Argentine ont été coupées par la Forestal). Le livre retrace aussi la longue histoire des transformations des représentations de la Nature dans ces territoire, qui vont osciller entre espace exploitable et lieu de vie à préserver,  selon les acteurs et selon les époques. 

L’histoire des luttes sociales et de la dévastation socio-environnementale causée par La Forestal, a aussi été le sujet du film Quebracho (1974) de Ricardo Wüllicher. 

Vous pouvez lire l’ouvrage en ligne à ce lien PDF: https://www.santafe.gov.ar/plandelnorte/uploads/biblioteca/el-norte-forestal-18×22-final-baja.pdf 

Le lien de l’article consacré à la sortie de l’ouvrage: http://redaf.org.ar/pueblos-forestales-y-extractivismo/

Séminaire II – Jacques Leenhardt – Hercule Florence (1804-1879) peintre explorateur au Brésil – 4 décembre 2018

Séminaire Colonisation des paysages et destruction des éco-anthroposystèmes

INHA  et le Centre André Chastel


Hercule Florence (1804-1879), Propriété agricole de la Cachoeira. Coupe de la canne à sucre (1848).

Directeur d’études à l’École des hautes études en sciences sociales et critique d’art, il a mené de nombreux travaux sur les arts et la nature. Ses expositions et ses créations de jardins, de Villette-Amazone, Manifeste pour l’environnement au XXIe siècle (Paris, 1996), au projet Le Carré Vert (Bitterfield) à L’Atelier tropical (Paris, 2016), témoignent, tout comme ses livres, d’un long processus de recherche sur le paysage et ses représentations. Spécialiste du Brésil, il a notamment publié le Voyage pittoresque et historique au Brésil ((Jean-Baptiste, du peintre Jean-Baptiste Debret (Actes–Sud 2014), qui a donné lieu en 2016 à diverses expositions. Il travaille actuellement sur Hercule Florence, explorateur, artiste et inventeur qui s’est installé au Brésil à partir de 1820 et y a mené , entre autres, une existence de cultivateur.


Hercule Florence (1804-1879), Vue du Sítio Ibicáva (1830). 
À propos du séminaire

Partant de quelques représentations de la forêt vierge, comme paradis en train d’être perdu, nous suivrons ce destin catastrophique à partir des œuvres du peintre Hercule Florence (1804-1879). Après une longue expédition à travers le Brésil « sauvage », Florence s’établit comme agriculteur. Il dépeint alors la destruction de la forêt comme technique agricole aveugle des cultivateurs brésiliens. A partir de ses images nous analyserons les liens qu’entretiennent au Brésil, propriété du sol, esclavage, destruction de la forêt et production pour le marché mondial des produits agricoles. 


Voir le programme complet du séminaire

Fragments d’une incursion dans l’isthme de Tehuantepec


Ouverture d’une réunion entre des groupes de jeunes des trois lieux d’action de la prepa.

Lisez cet article sur le site de la revue Lundimatin au lien suivant: 

https://lundi.am/Fragments-d-une-incursion-dans-l-Isthme-de-Tehuantepec-1093 

« Cette région du Mexique, la plus étroite du pays, offre un concentré des tensions qui l’agitent. Riche d’une énorme diversité naturelle, l’endroit n’a pas cessé d’être saccagé pour ses ressources en bois, en eau, en minerais, en pétrole ou en énergie. » 
Un lecteur de lundimatin  a envoyé ce récit à la rédaction de la revue. Il raconte son récent périple dans l’Isthme de Tehuantepec, région du Mexique touchée le 7 septembre dernier par un tremblement de terre.

paru dans lundimatin#125, le 4 décembre 2017 

Forêt de Benslimane. Soutenez le poumon vert du Maroc menacé de destruction!

Nous faisons cet appel à soutien dans une situation d’urgence. L’une des plus grandes réserves forestières du Maroc, la forêt de Benslimane,  est aujourd’hui menacée de destruction par l’expansion d’une carrière de concassage de pierres. Nous avons pu constater nous-même sur place quelles atteintes produisent sur l’ensemble de l’environnement ces carrières !

Signez la pétition en allant sur ce lien : 
http://chng.it/nKB97tmZ

La forêt de Benslimane est le poumon vert du Maroc avec quelques 25% de la superficie boisée du territoire. À l’heure des urgences climatiques et de la protection de l’environnement, après la mobilisation générale du Maroc et de ses engagements pour la COP 22, protéger l’environnement, la santé publique, le cadre de vie des populations et la préservation des ressources naturelles et paysagères dans le cadre d’une harmonie du développement et de sa durabilité est autant un devoir qu’une priorité.

À Benslimane, le douar Beni Aïssi jouit d’un cadre environnemental rare et précieux entre petites exploitations agricoles, collines, cours d’eau et forêt. La biodiversité de la faune et la flore s’y épanouissent dans un équilibre harmonieux, préservé par ses habitants, qui y sont nés, y vivent et y travaillent depuis de nombreuses générations. Il y a quelques années, l’exploitation des carrières est venue bouleverser la qualité de vie des occupants du douar. Leurs maisons se sont fissurées sous l’effet des dynamitages constants, adultes et enfants ont commencé à développer des maladies respiratoires chroniques et des allergies. La symbiose entre l’homme et la nature a été considérablement ébranlée.

Aujourd’hui, c’est une colline entière qui est menacée par un nouveau projet de carrière, mais aussi les jardins agro-écologiques et l’éco-tourisme du douar qui fédèrent ses habitants autour d’un véritable projet de vie et de développement durable.

Si nous ne parvenons pas à arrêter ce projet, c’est bientôt toute une région qui deviendra une mine de nuisances et de désolation à ciel ouvert ; des centaines d’hectares de forêt et de végétation qui disparaîtront ; des ressources hydrauliques précieuses qui seront en péril ; et par-dessus, tout la santé des riverains qui sera en danger.