18 JUIN 2019 séminaire par Marc Jeanson: L’Herbier national, collections naturalistes, entre taxonomie et mondialisation des flores

Docteur en systématique végétale, botaniste et conservateur de l’Herbier du Muséum national d’Histoire naturelle, Marc Jeanson est « un inventeur de plantes ». Il interviendra le 18 juin dans le cadre du séminaire « Paradis Perdus – Colonisation des paysages et destruction des éco-anthroposystèmes” (INHA -Centre André Chastel)

Collections de l’Herbier national du Muséum d’Histoire naturelle.

Après avoir rappelé l’histoire de l’Herbier national, dont les collection se trouvent au Musée national d’histoire naturelle, les contextes scientifiques de sa naissance et de son enrichissement, il s’agira à partir de quelques exemples de montrer que derrières ces collections, se cachent des collecteurs, souvent locaux, pour la plupart oubliés ainsi que des savoirs qui existaient en même temps que les formations végétales auxquelles ils se rattachaient et avec lesquelles ils coexistaient. Marc Jeanson, rappellera par quelques exemple d’utilisations scientifiques contemporaines des herbiers, notamment en lien avec leur valeur de mémoire de la flore mondiale, que ces derniers témoignent d’un passé souvent bien différent du présent.

Marc Jeanson, Photo Jean-François Paga/Grasset

Botaniste et ingénieur agronome, spécialiste des plantes tropicales, Marc Jeanson est responsable depuis 2013 des collections de l’herbier national au Muséum national d’histoire naturelle de Paris après avoir eu en charge l’Herbier de Montpellier. Diplômé de l’Institut national agronomique Paris-Grignon, docteur en systématique végétale du Muséum national d’Histoire naturelle de Paris et du New York Botanical Garden (États-Unis), Marc Jeanson a soutenu une thèse consacrée aux groupes de palmiers d’Asie du Sud-Est. Impliqué dans de nombreux événements en lien avec le jardin, il est conseiller scientifique des Rencontres botaniques de Varengeville-sur-Mer et fut commissaire associé de l’exposition Jardins aux galeries nationales du Grand Palais, à Paris, de mars à juillet 2017. Il a récemment publié avec le jardinier Stéphane Marie L’Herbier de Gherardo Cibo (éd. du Chêne), un chef-d’œuvre botanique du XVIe siècle.

Comité scientifique Hervé Brunon (Centre André Chastel/CNRS), Zahia Rahmani (INHA)

Domaine de recherche Histoire de l’art mondialisée sous la direction de Zahia Rahmani (INHA), en partenariat avec le Centre André Chastel

Institut national d’histoire de l’art Galerie Colbert, salle Giorgio Vasari 18H30 – 20H30 Accès : Institut national d’histoire de l’art Galerie Colbert 2 rue Vivienne ou 6 rue des Petits-Champs, 75002 Paris Métro Ligne 3 : Bourse Lignes 1 et 7 : Palais Royal – Musée du Louvre Lignes 7 et 14 : Pyramides

Pour plus d’information Accueil INHA: 01 47 03 89 00 www.inha.fr Entrée dans la limite des places disponibles

Le jardin Ethno-Botanique d’OAXACA

Composition en cactus orgues ( Marginatocereus marginatus ) et bassin. Les cactus orgues étaient traditionnellement utilisés pour faire les clôtures. Jardin ethnobotanique d’Oaxaca.

Le jardin “Etnobotanico” est l’accomplissement du combat mené dans les années 1990 par les activistes de l’association Pro-Oax, groupe mené notamment par l’artiste Francisco Toledo (1940- ), rassemblant des intellectuels et des artistes, pour la défense de la culture, de l’art et de l’environnement naturel de la région d’Oaxaca.

En 1993 l’Etat décide d’utiliser le domaine de 2,3 hectares de l’ancien cloître dominicain de Santo-Domingo situé au centre de la ville d’Oaxaca, dont la communauté fut active aux XVIe et XVIIe siècle, et qui fut occupé à partir du milieu XIXe siècle par une caserne de l’armée, pour la construction d’ un hôtel et d’un centre de congrès.

L’artiste Francisco Toledo organise la résistance, épaulé par des avocats, et co-construit avec l’anthropologue Alejandro de Ávila un contre-projet pour transformer cet espace en un jardin “ethnobotanique”, c’est-à-dire un jardin présentant l’héritage à la fois écologique et culturel de la région d’Oaxaca et de ses peuples autochtones. Le gouvernement donnera son aval au projet en 1994, et crééra un fonds public spécial pour son financement.

Vue générale du Jardin ethnobotanique d’Oaxaca.

Le jardin rassemble des plantes de toutes les régions d’Oaxaca, des zones humides aux zones arides et des forêts tempérées des montagnes aux zones tropicales situées au niveau de la mer. Le parcours créé retrace un itinéraire historique des différents savoirs-faire locaux et des productions qui s’y rattachent.

Francisco Toledo, sculpture aquatique ” La Sangre de Mitla” , réalisée en dalles en cyprès de Montezuma. Jardin ethnobotanique d’Oaxaca.

Les espaces de plantations sont circonscrites par des écrins architecturaux minimalistes (canaux, corridors etc.), dont les lignes élégantes et sèches sertissent ce patrimoine végétal et culturel. Le jardin d’Oaxaca s’inscrit dans cette tradition moderne de l’art paysager de l’Amérique centrale et du sud, où la synthèse des arts majeurs et les plantes exotiques interragissent, tradition notamment inaugurée par Roberto Burle Marx , au Brésil.

Outre le jardin, le site comprend une pépinière, une banque de semences, un herbier et une bibliothèque, dans lesquels les visiteurs peuvent approfondir leur connaissance de l’histoire naturelle, de la biodiversité et de l’ethnobiologie d’Oaxaca.

Bibliographie:

-Alejandro de Avila Blomberg, Cecilia Salcedo, La espina y el fruto : jardin etnobotanico de Oaxaca (The thorn and the fruit: the Ethnobotanical garden of Oaxaca), édition bilingue anglais-espagnol, Mexico: Artes de México, 2006. 

-https://www.gardendesign.com/mexico/oaxaca-ethnobotanical.html