Le programme de recherche

“Paradis perdus : colonisation des paysages et destruction des éco-anthroposystèmes” est un programme mené par l’Institut national d’histoire de l’art (INHA) depuis 2018 au sein du domaine de recherche Histoire de l’art mondialisée.

Description

Nombre de travaux relevant des humanités environnementales tentent grâce aux ressources iconographiques et textuelles de faire le récit de la rupture supposée entre les humains et la nature, qui aurait été contaminée de manière irréversible. C’est l’enseignement de ces travaux, et les sources auxquelles ils font appel, que ce programme souhaite distinguer et mettre en perspective. Ces sources sont pour certaines encore trop méconnues, notamment celles produites par les scientifiques – botanistes, zoologues, géologues, géographes, etc. – et les artistes qui ont accompagné, sans pour autant les soutenir, les déploiements coloniaux. Pour des raisons politiques et culturelles, de nombreux travaux scientifiques et artistiques de recensement iconographique ont été recouverts, abandonnés et oubliés. Ces travaux participent de l’idée qu’un autre paysage a existé, que d’autres représentations ont opéré. Et qu’ils sont à jamais perdus pour tous.

Il s’agit par ce programme de déconstruire les récits, les savoirs et les usages environnementaux et d’interroger l’accès aux ressources et leurs marchandisations à l’heure de l’Anthropocène (selon la notion discutée depuis les travaux du climatologue Paul Josef Crutzen), qui correspond à la mondialisation d’un modèle de développement et à la poursuite des voies aporétiques de l’impérialisme.

Une entreprise de colonisation implique non seulement la conquête d’un territoire, c’est-à-dire l’appropriation d’un espace, la dépossession d’un peuplement et l’exploitation humaine, mais aussi, du fait de représentations et de pratiques différentes du paysage, le bouleversement plus ou moins radical, voire excessif de l’écologie locale. Si ces processus s’observent dès l’Antiquité et dans des aires variées, ils connaissent une accélération qui va de pair avec l’évolution des modèles de domination – tels que l’idée d’empire au sens géopolitique, économique comme religieux –, la sophistication des moyens techniques et la puissance de la mécanisation qui en découlent, le recours à l’esclavage, tout comme le développement des économies-mondes et leur interconnexion au fur et à mesure de la globalisation. La conquête de l’Amérique par les Européens constitue l’un des moments historiques qui illustrent le plus clairement ce type de phénomènes à l’œuvre. Nous savons que les conquêtes coloniales ont été précédées d’explorations qui ont donné lieu à de nombreux prélèvements d’espèces et à une subjectivation des territoires, de leurs peuples et de leurs objets. Portée par les récits de voyage, cette dernière alimentera la production d’images ethnographiques, zoologiques, botaniques, cartographiques. Les travaux d’histoire environnementale, notamment ceux de Richard Grove, ont aussi montré que c’est dans les colonies de l’Océan indien, véritables « laboratoires environnementaux », qu’est apparue, entre 1650 et 1850 – et non aux états-Unis dans la seconde moitié du XIXe siècle, comme on l’a longtemps affirmé –, la conscience des perturbations apportées aux écosystèmes par le modèle économique de l’exploitation coloniale et que se sont mises en place, face à l’urgence, les premières mesures de protection, animées par le paradigme du paradis perdu à retrouver.

Le programme s’inscrit simultanément dans le cadre des études postcoloniales, dans le double sillage de l’histoire mondiale et de l’histoire globale et dans le tournant écologique des sciences humaines et sociales. Il entend participer à la poursuite d’une histoire environnementale de la colonisation, à l’élaboration d’une histoire environnementale de l’art, tout juste émergente, et au développement des études sur le paysage dans toutes ses dimensions, à l’échelle globale. Notre projet s’inscrit dans une temporalité, une géographie et une historiographie amples, et par sa pédagogie a pour ambition de faire entendre une recherche en phase avec les intentions énoncées.

Pour des raisons d’efficacité scientifique et de moyens en ressources, deux entités culturo-géographiques sont spécifiquement développées dans le cadre de ce programme : la zone caribéenne, la zone océanienne et leurs périphéries.

Activité et objectifs du programme

Les temps du programme sont les suivants :

  1. Un séminaire a été mis en place, rassemblant des chercheurs de tous horizons, parmi lesquels des figures majeures des humanités environnementales, des spécialistes de l’histoire globale et matérielle ou encore des études postcoloniales, tout comme des paysagistes, des artistes, des écrivains dont les œuvres relèvent du programme. (Les communications passées dans le cadre de ce séminaire peuvent toujours être consultées via nos archives).
  2. Ce projet sera suivi d’une exposition d’envergure internationale accompagnée d’une manifestation et d’une publication scientifique illustrée.
  3. Par ailleurs des ateliers dédiés à des travaux d’artistes vivants questionnant les enjeux du programme seront organisés, avec une attention particulière donnée aux travaux de jardiniers, paysagistes et botanistes qui participeront parallèlement à ces ateliers. Enfin, ces journées ont pour vocation de réunir à la fois des universitaires et des conservateurs, figurant notamment parmi nos partenaires institutionnels.

Partenaires et laboratoires associés

FRAMESPA (France, Amériques, Espagne: Sociétés, Pouvoirs, Acteurs). CNRS / Université Toulouse Jean Jaurès

Le Musée des Abattoirs – FRAC Occitanie, Toulouse

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search