Présentation générale

Ce blog est le carnet de recherche du programme Paradis perdus : colonisation des paysages et destruction des éco-anthroposystèmes mené à l’Institut national d’histoire de l’art. Il s’agit aussi d’un espace qui se veut ouvert et participatif : toute contribution y est la bienvenue.

Le terme de « Paradis perdu » renvoie à l’idée que la nature comme espace essentiel et vital de l’être humain a été contaminée à jamais par un processus irréversible de destruction des écosystèmes. Ce constat fait naître de par le monde la manifestation d’un désenchantement qui dit qu’un équilibre fondamental à l’existence humaine a été rompu.

Jan I Brueghel, La Terre ou Le Paradis terrestre, v. 1607-1608, Paris, musée du Louvre. © RMN – Grand Palais / Michel Urtado

Nombre de travaux relevant des humanités environnementales tentent, grâce aux ressources iconographiques et textuelles, de faire le récit de cette rupture : en amont, il y aurait eu un autre monde à jamais perdu.

John Milton, Le Paradis perdu, poème en dix livres ; Londres, 1667 ; Houghton Library, Harvard University.

C’est l’enseignement de ces travaux et les sources auxquelles ils font appel que le programme de recherche Paradis perdus souhaite distinguer et mettre en perspective.

Ces sources sont pour certaines encore trop méconnues, notamment celles produites par les scientifiques – botanistes, zoologues, géologues, géographes, etc. – et les artistes qui ont accompagné, sans nécessairement les soutenir, les explorations européennes et leurs déploiements coloniaux. Pour des raisons politiques et culturelles, ces témoignages ont été recouverts. Le contrechamp apporté par les productions des artistes issus de populations autochtones, qui produisaient des images pour le public européen, doit également être exploré.

C’est pourquoi le programme Paradis perdus : colonisation des paysages et destruction des éco-anthroposystèmes s’est donné pour mission l’étude et la mise en perspective des corpus iconographiques produits sur des territoires non-européens au moment de la colonisation, depuis les grandes découvertes du XVIe siècle jusqu’à la première moitié du XIXe siècle. Le but de ce travail est la constitution d’un répertoire des artistes qui ont participé, d’une manière ou d’une autre, à la documentation des espaces et des paysages colonisés.

François-Richard de Tussac, “La Sapotille”, dans La Flore des Antilles, tome IV, pl. 5, 1827 ; Paris, Bibliothèque nationale de France. Source : gallica.bnf.fr
Tupai’a, Maison et canoës à Tahiti, 1769, crayon, encre et aquarelle ;
Londres, British Library, Add MS 15508. © British Library

A travers ce programme, notre ambition est de contribuer auprès de la communauté scientifique et au-delà à l’élaboration de connaissances sur les images, les textes et les transformations des lieux colonisés. Paradis perdus s’inscrit ainsi dans le sillage des préoccupations écologiques et des études postcoloniales qui marquent notre époque, et participe au mouvement actuel des humanités environnementales qui cherche à dépasser le dualisme entre nature et culture et à repenser l’action humaine sur Terre face aux urgences climatiques et écologiques. Le programme entend ainsi participer à la poursuite d’une histoire environnementale de la colonisation, à l’élaboration d’une histoire environnementale de l’art, tout juste émergente, et au développement des études sur le paysage dans toutes ses dimensions.

Par la mise en commun des ressources, notamment les fonds numérisés, et dans une démarche de restitution scientifique et de diffusion des archives, le programme et l’inventaire iconographique pourraient aussi contribuer à reconstituer des écosystèmes qui ont été altérés voire totalement transformés. Ce partage se pense à double sens : combler notre propre histoire lacunaire, et révéler des archives largement recouvertes.

C’est enfin une approche qui se veut pleinement transdisciplinaire, et souhaite décloisonner les domaines du savoir, couvrir des archives visuelles produites par des disciplines (anthropologie, sciences naturelles) traditionnellement éloignées de l’histoire de l’art, en favorisant une coopération d’envergure internationale avec diverses institutions.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search